– Joseph Eliot Magnet

Joseph Eliot Magnet, glare 2017.png
Joseph Eliot Magnet (“law” professor)
 

 
Speaking of the above clip, this is a perfect example of criminal sedition aired over Canada’s national airwaves, to deceive the Canadian public into accepting the Communist dismantling of their country.nbsp; The Quebec referendums are Communist in nature, not “separatist”.  Their goal is two-fold:  dismantle Quebec into a federation of Moscow-style mega-municipalities with international status as city-states; exploit Quebec as a front to “negotiate” with the federal level and the “rest of Canada” the complete dismantling of Canada to the same end.
 
I think that what is most noticeable about this clip of Magnet is the joy he exudes, he can barely contain himself when stating that Canada can, indeed, be destroyed — illegally, outside the constitution.
 


 
Who is Joseph Eliot Magnet?  The 1998 Supreme Court Reference re the Secession of Quebec to which he refers in this video clip, was illegal, a lie and a fraud.  It was part of a front controlled by the federal government to hide a coup on Canada, with intent to overthrow the Parliament and every Legislature from coast to coast for the Marrxist EU system, the basis of a world government.

Magnet has made a career of subverting Canada’s Constitution and legal system, and of teaching subversion instead of law.  In addition to his involvement in specific cases, Magnet has written in French and in English as an invited “expert” in “constutional law” for the daily press.  In the clip above, he acts in that capacity at the request of the state-controlled and always left-leaning CBC.

Magnet’s articles in 1995, for example, at the time of the Quebec referendum were designed to deceive and manipulate Canadians including French-Canadians in Quebec (who had no idea their province, legislature, nation and parliament were being stolen by Communists), into believing that criminal acts of high treason were in fact recognized at international law as “lawful”.

The twin goal of the 1995 referendum, like that of the 1980 referendum, was not to “secede” but to dismantle all of Canada and convert the country to Communist city-states in a Marxist world-state.  In the end, Jerusalem would be the “capital city” of the planet, and Israel the only surviving ethnic “sovereign” nation.

In 1995, in Le Devoir, a leftist French daily paper in Quebec, Magnet alleged that after a Yes in a referendum (the 1995 referendum) the Quebec “government” would declare independence, and thus be recognized by the international community as the legal authority on Quebec soil.

Magnet was lying through his teeth about the alleged legality of a UDI, deliberately side-stepping the constitutional prohibition against dismantling Canada or annexing it, i.e. to the USA (in a regional union of city-states).  Magnet continued to lie repeatedly in his article solely to con the public into acquiescing to the planned coup d’état on Quebec, and then using Quebec, on all of Canada.
 

Crise constitutionnelle à l’horizon” (18-19 June 1994, Le Devoir)

Dans l’hypothèse d’une déclaration unilatérale d’indépendance du Québec

 

D R A F T

OCR AND ENGLISH TRANSLATION

Constitutional Crisis on the Horizon

In the event of a unilateral declaration of independence by Quebec

 
Crise constitutionnelle à l'horizon

Le régime séparatiste serait l’autorité reconnue en droit international, mais la vraie question est de savoir s’il contrôlerait son territoire actuel et s’il aurait l’appui de ses populations

The separatist regime would be the recognized authority at international law, but the real question would be whether it controlled its current territory and whether it had the support of its populations

JOSEPH ELIOT MAGNET
Professeur de droit,  Université d’Ottawa, spécialiste des questions constitutionnelles

JOSEPH ELIOT MAGNET
Professor of law,  Ottawa University, specialist in constitutioanl questions

Dans quelques mois, les Québécois iront aux urnes.  Tous les indicateurs annoncent que le Parti québécois prendra le pouvoir.  Le Parti québécois a promis de tenir un référendum sur la souveraineté du Québec dans l’année qui suit la prise du pouvoir.  Au moment du référendum, si les Québécois rejettent l’indépendance, les problèmes constitutionnels du Canada auront été résolus pour la présente génération.  L’instinct de survie détournera tous les politiciens du dossier constitutionnel.  Le Bloc québécois, ayant perdu sa raison d’être, dépérira et mourra; le Parti québécois en sera réduit à assumer la difficile tâche de gouverner.

In a few months, Quebeckers will go to the polls.  All signs indicate that the Parti Québécois will take power.  The Parti Québécois promised to hold a referendum on Quebec sovereignty in the year following the takeover.  At the time of the referendum, if Quebecers reject independence, Canada’s constitutional problems will have been solved for this generation.  The survival instinct will divert all politicians from the constitutional file.  The Bloc Québécois, having lost its raison d’être, will waste away and die; the Parti Québécois will be reduced to the difficult task of governing.

Si les Québécois embrassent la souveraineté au moment du référendum, le Canada sera plongé dans un crise constitutionnelle importante qui aura des répercussions internationales. La Constitution du Canada ne permet pas aux provinces de se séparer. I.a plupart des fédérations sont, selon les tenues de nos voisins américains, «une nation indivisible-. En théorie constitutionnelle, une modification de la Constitution qui serait approuvée par Ottawa et par toutes les provinces pourrait ix-‘ut-être permettre à une province de faire sécession. Mais cela n’arrivera jamais. Ottawa n’a pas reçu le mandat de démanteler la fédération et plusieurs premiers ministres provinciaux ont déjà fait savoir qulls refuseraient d’approuver un telle modification. Les partisans de la souveraineté du Québec font souvent référence au «droit à l’autodétcnnination» de la population québécoise tel que prévu dans plusieurs traités internationaux que le Canada a signés, sans en donner la vraie teneur. Le droit à l’autodétermination prévu dans ces traités est un produit du mouvement de décolonisation qui incite les puissances coloniales à accorder l’indépendance à leurs colonies. Ijc droit de faire sécession n’est pas reconnu en droit international. Comme l’a expliqué l’ancien secrétaire général des Nations unies M. U. Thant : «Les Nations unies n’ont niais accepté et n’acceptent, pas le principe de la srassion d’une partir d’un Ktat membre.»

If Quebeckers embrace sovereignty at the time of the referendum, Canada will be plunged into a major constitutional crisis that will have international repercussions.  The Constitution of Canada does not allow the provinces to separate.  Most federations, according to the conduct of our American neighbors, are “an indivisible nation.”  In constitutional theory, an amendment to the Constitution that would be approved by Ottawa and by all the provinces could perhaps allow a province to secede.  But it will never happen.  Ottawa has not been mandated to dismantle the federation and several provincial premiers have already indicated that they will refuse to approve such an amendment.  Proponents of Quebec sovereignty often refer to the “right to self-determination” of the Quebec population as provided for in several international treaties signed by Canada, without giving the true meaning.  The right to self-determination provided for in these treaties is a product of the decolonization movement which encourages the colonial powers to grant independence to their colonies.  The right to secede is not recognized in international law.  As the former UN Secretary-General, Mr U. Thant, explained:  “The United Nations has not accepted and does not accept the principle of srassion of a member of a Member State.”

Si les Québécois votent pour la souveraineté, le Parti québécois a affirmé qu’il entreprendra les démarches nécessaires pour accéder à la souveraineté politique. Etant donné que cela est impossible dans le cadre de la Constitution du Canada, la promesse du P.Q. signifie qu’un gouvernement Péquiste déclarera unilatéralement l’indépendance du Québec face au Canada.

If Quebeckers vote for sovereignty, the Parti Québécois has asserted that it will take the steps necessary to achieve political sovereignty.  Since this is impossible under the Constitution of Canada, the PQ’s promise means that a Péquist government will unilaterally declare Quebec’s independence from Canada.

En droit international, les sécessions unilatérales ne sont ni légales, ni illégales.  Elles constituent un acte révolutionnaire.  Le droit international attend les résultats de la révolution avant de rendre jugement.  Le droit international sanctionne le résultat final de la révolution si certains critères sont respectés:  le gouvernement sécessionniste a le contrôle effectif du territoire qu’il revendique et le gouvernement sécessionniste reçoit l’appui de la population qu’il prétend gouverner.  Essentiellement, ces conditions sont des questions d’ordre militaire et politique qui dépendent des résultats militaires et politiques de la révolution.

In international law, unilateral secession is neither legal nor illegal.  It is a revolutionary act.  International law awaits the results of the revolution before rendering judgment.  International law sanctions the end result of the revolution if certain criteria are respected:  the secessionist government has effective control over the territory it has claimed, and the secessionist government receives the support of the people it claims to govern.  Essentially, these conditions are military and political issues that depend on the military and political results of the revolution.

Dans l’hypothèse où le Québec déclare unilatéralement son indépendance politique face au Canada et qu’il contrôle entièrement le territoire du Québec, MM. Bouchard et Parizeau ont raison d’affirmer que le régime séparatiste serait l’autorité reconnue en droit international. Cependant, on élude la question. La vraie question est de savoir si le Québec contrôlerait entièrement son territoire actuel et s’il recevrait l’appui de ses populations actuelles.

In the event that Quebec unilaterally declares its political independence vis-à-vis Canada and that it entirely controls the territory of Quebec, Bouchard and Parizeau are correct in asserting that the separatist regime is the recognized authority in international law.  However, adn issue is being overlooked.  The real question is whether Quebec would fully control its present territory and whether it would receive support from its current populations.

Est-ce que le Québec aurait le contrôle effectif de ses frontières provinciales actuelles et recevrait-il l’appui des populations qu’il prétend gouverner? Il y a 139,000 autochtones au Québec. Ils habitent les deux tiers du nord du (Québec et des régions importantes du sud du Québec. Les relations entre le (Québec et ces communautés sont tendues. Les Mohawks et les Cris ont fait clairement savoir qu’ils résisteraient à l’inclusion de leurs populalions et de leurs territoires dans un Québec indépendant. N«his avons appris à la suite des événements d’Oka et des controverses

Would Quebec have effective control of its current provincial borders and would it receive the support of the populations it claims to govern?  There are 139,000 Aboriginal people in Quebec.  They live in two-thirds of northern Quebec and in major parts of southern Quebec, and the relations between Quebec and these communities are tense, and the Mohawks and Cree have made it clear that they would resist the inclusion of their populations and their Territories in an independent Quebec.  We have learned in the wake of the Oka events and controversies

PQ et BQ refusent de reconnaître le droit à l’autodétermination des autochtones. Si le Québec essayait d’exercer le contrôle à l’aide d’un corps policier, il est presque certain qu’ils utiliseraient la force pour défendre leur territoire.

 

suscitées par la contrebande que ces communautés possèdent une quantité inhabituelle d’armes lourdes et qu’elles ont (Intention de les utiliser. En outre, les communautés autochtones du Canada .sont liées par des pactes de solidarité qui les obligent à s’entraider et à s’appuyer.

 

Si le Québec déclare unilatéralement son indépendance, il est probable que ces communautés érigeront des barricades sur les routes qui mènent à leurs territoires. D n’y a qu’une route principale qui mène au territoire cri dans le nord. Il n’y a pas d’établissement canadien-français permanent dans cette région. Les seules forces de police qui patrouillent le territoire sont des forces autochtones qui rendent compte à l’administration régionale crie et à l’administration régionale Kativik, non au Québec. Pendant l’affrontement entre le Québec et les Mohawks en 1990, les autorités inuit ont pris possession des aéroports dans le nord. Sur le territoire cri, il y a des aménagements hydro-électriques importants, dont ceux de la baie de James. Ces aménagements sont le moteur de la stratégie de développement économique du Québec qui consiste à subventionner l’industrie lourde en lui procurant de l’électricité à bon marché. Pour être viable sur le plan économique, il faudrail que le Québec contrôle ces installations.

 

Ie Parti québécois et le Bloc québécois refusent de reconnaitre le droit à 1 autodétermination des autochtones et revendiquent le droit d’inclure leurs territoires dans un Québec souverain et de les régir. Si le Québec essayait d’exercer le contrôle grâce à la Sûreté du Québec ou à un autre corps |x>licier, il est presque certain que les autochtones utiliseraient la force pour défendre leur territoire.  Depuis l’affrontement d’Oka, les Canadiens savent à quel point ces conflits peuvent être violents.  Ce ne sont pas ceux qui détiennent les forces les plus puissantes qui déterminent k* résultat. Tout peut arriver pendant une situation révolutionnaire. Le résultat est presque toujours imprévisible.

 

Comment le Canada réagirait-il à ce conflit? Il est improbable que les Canadiens resteraient impassibles. Pour diverses raisons humanitaires, stratégiques et politiques, même les Canadiens qui sont modérés et pacifistes exigeraient que le Canada envoie des forces pour protéger les autochtones contre les actes policiers ou militaires du Québec et pour sauvegarder le territoire canadien. Le ministère de la Défense a certainement élaboré des plans pour se préparer. Le ministère a renforcé les mesures de sécurité sur l’importante base aérienne de Bagotville au Québec, où sont basés 26 CF-18 meurtriers, aux quartiers généraux de la Force mobile de l’armée à Saint-Hubert, de même que sur la base du 5e Groupe-brigade de Valcartier. Le terrain est prêt pour un ai1 frontement mortel. Comme dans tous les conflits de ce genre, tout peut arriver; le résultat est toujours incertain. C’est pourquoi, en droit international, les frontières d’un Québec indépendant pourraient ne pas être identiques aux frontières actuelles de la province. Les résultats militaires et politiques, qui sont incertains, détermineront les frontières du Québec.

 

Le débat sur la sécession et ses conséquences territoriales, qui a été lancé ces dernières semaines, n’a pas bien dépeint la situation et a induit les gens en erreur en ce qui concerne des détails importants. Les «experts en droit international” n’auront rien d’utile à dire sur ce sujet jusqu’à ce que les questions délicates du contrôle du territoire et de l’appui de la-population soient résolues par d’autres moyens de persuasion. Certains moyens de persuasion sont très désagréables; ils caractérisent aussi la plupart des actes sécessionnistes accomplis au cours de l’histoire. D’autres moyens sont moins déplaisants, et ils tireront peut-être leur force du don remarquable des Canadiens pour le compromis.

 

MM. Irwin. Bouchard et Parizeau ont suscité une importante controverse sur la sécession du Québec Ce que ces politiciens diront ne déterminera pas le débat. Le débat sera résolu par les sentiments qui prennent naissance dans l’esprit et le cœur des Canadiens. Pendant que les Canadiens méditent sur les questions urgentes touchant la sécession du Québec, nous devons, pour nous-mêmes et pour notre postérité, réfléchir avec honnêteté aux décisions très importantes que nous devrons prendre bientôt

 

Advertisements