“A Canadian Spy in Russia”

Exclusive English translation by Kathleen Moore for the legal research purposes of Habeas Corpus Canada. (French original, below.)

A CANADIAN SPY IN RUSSIA

René Lévesque, Ace reporter

René Lévesque, Ace reporter

Into the midst of the Communists, the Reds, he goes. Treading quickly. Nervous gestures. Small. Wide forehead. With indefatigable eyes which search and want to pierce all the secrets hidden by the inhabitants of Moscow, of LÉNINGRAD or of Stalingrad. On his back, a mysterious box weighing a good 20 pounds.

Hey, over there, something unusual. New. Sensational. Or even whatever, for the majority of people. The man stops and nimbly deposits his box on the ground. He lifts the lid. Will he flee before the explosion? No; he stays. The Russians, curious, approach. Quietly, very quietly. The man draws out a wire, then manipulates the buttons. A wheel turns, a ribbon unrolls. And the man, holding in his hand a microphone, speaks. Very cleverly, very gently, he says what he sees, which astounds him. He speaks prolifically. One could say that the ribbon might run out, but that he will continue forever…

Later, the tape will come to Canada. Mystery of science: from a brown band a voice will emerge. A voice which one might say has caught cold. That’s understandable, in cold Russia! But this is a voice which warms. It brings joy to Radio-Canada listeners: it is the voice of René LÉVESQUE.

The voice is inadequate to convey what keen glances have apprehended. The “Iron Curtain” has been lifted only sixteen days, but when one is René LÉVESQUE, it hardly seems that way. Information, observations, discoveries to behold!

Everyone is after him since his return, but VRAI has succeeded in cornering him for a few moments in his office; while the telephone keeps taking him away from us to TORONTO, to MONTREAL, or elsewhere.

A question, just one question triggers René Lévesque. He even forewarns me that he will have to be stopped, by and by.

Is Russia really what the radio and books would have us imagine?

– Not at all. At least as far as the surveillance is concerned, the ill treatment, the food. In the cities where we went all was open for us. Nobody followed us. We could take photographs, chat in Russian if we spoke Russian or in English if we met Russians who spoke English. Unhappy, miserable people? No more than elsewhere. The Russians seeming to eat rather well. The equivalent of our “pea soup” might be this soup with boiled cabbages or beets which is served to you in very large bowls. Drinks? Excellent and different in every city. Very good wine, and, for the foreigners especially, a marvelous champagne which might come to about $7.50 in Canadian money. Yes, it really is the only country where there is no “Coke”. Moreover there is almost no importation, unless from Germany for example, and even then very little. Again, it should never be forgotten that over there, one is completely unaware of statistics. If one imports, that’s to produce or to improve a production technique already in use. All is manufactured by the State: the little sugar cube is wrapped in a paper printed CCCC (USSR), dresses are manufactured and signed by the State, the cars, everything. No rival manufactures, there is only the State. Since the stores are owned by the government, one sells bread, another vegetables, and still another, diaper pins…! There is only one department store which is really worthy of the name in the whole of Moscow, a city with 7 times the population of Montreal. Thus in the evening there is no question of “neons”: there are no competitors. Hardly an advertisement anywhere to launch a new product.

And the Russian workman?

Can the situation of the Russian workman be compared with that of the French-Canadian workman?

– It is very difficult to know the average wage of the Russian workman. One thing is certain, the minimum wage of a worker is 400 rubles per month which comes to about $100.00. However, in a worker’s family in Russia the man and the woman earn the same. Over there, the woman is considered equal to the man: they are seen paving streets, working as brakemen. It seems a bit strange, at first. But they are generally big, solidly built and very resistant.2 So each month, a family can pretty much count on an income of 1.200 to 2.000 roubles or $300 to $500. The cost of living will surprise more than one. If housing is available for $15 a month, in contrast, a pound of butter costs $2.50. The English-style cars go for as much as the astronomical sum of $5.000.00. An television apparatus costs $600.00. The Russians are big tv watchers. There are more antennas in Moscow than in Montreal. The programs are more interesting and seem free from politics. No commercial announcements, period.

And the Entertainment?

And do the Russians have a lot of entertainment?

– Keen on sports, they are fanatics. And the 80,000 people who pile in at every game of football present a unique spectacle which fans of the “Canadians” have to see.  And then, they practice two kinds of hockey, European and Canadian.  The first is stylized, the second is very tough, it’s boarding hockey.  We practice this one in order to regain some mastery!  The athletes are false amateurs, it seems, a little like the “employees” of the Anglo-Pulp in Quebec, who had a club in the defunct Senior League.  Certainly athletics is very much in favor with the Russians.

They are very proud of their country. On any subject they underscore the progress achieved in less than forty years.2 “The United States is very rich, but they started out a long time ago. Us, wait and see”. They know that they are feared and that nothing is done in the world without studying the attitude of their country. And the young people want to contribute each in his own way to make of Russia, the standard country. So that a television technician wants to study the progress elsewhere to do something new; another wants to visit a certain corner of the province and to share the new ideas that he has on the culture and so on. These young people somewhat resemble the pioneers of the American central West in the last century. They love adventure and they know that they will serve their country by creating something new.

And he talks…

And the conversation continues with René LÉVESQUE. He talks about the Moscow subway made of white marble, of exceptional richness; he notes that there is only one night club in Moscow and it’s for the foreigners. In the evening all is calm, one might say as in any small town; he speaks of that Russian student who hates his country because he cannot get the Gillespie jazz that he is fond of; he describes the curiosity of the Russians over the “jeepstar” of this American dentist, a simple tourist in Moscow; the Russian “Bobby Soxers” craze, a knockoff of Gérard Philippe; he speaks of Kroushchev, a rough peasant become the number one man in Russia, of his straw man, Boulganine, who is always silent during important conversations; he recalls his voyage in the Crimea, the Russian Riviera…; he talks and talks and the poor reporter regretfully has to interrumpt him in order to have the time “to make his paper”…

— Rénald SAVOIE

 
______

1 For the truth about Soviet “progress”, books and lectures delivered by Professor Antony C. Sutton in the 1980s reflect his painstaking work in the various available archives. Sutton has documented that the so-called “progress” of the Soviet Union was entirely due to massive infusions of western aid and technology. A public lecture of his on the topic has been transcribed, you can read it here: Antony Sutton: The Secret World Order & the Soviet Union

A number of Sutton’s books are online free, in html format. You’ll find a partial list of them linked at the bottom of Antony Sutton: The Secret World Order & the Soviet Union. Some of Antony Sutton’s talks are available at YouTube. Ed. NSIM.

2 Years ago, there was a funny joke around the office about Russian women. They were said to be “Strong like bull, pull tractor!” Ed. NSIM.

 


 

UN ESPION DU CANADA EN RUSSIE

René Lévesque, l'as des reporters

René Lévesque, l’as des reporters

Au milieu des communistes, des Rouges, il va. Les pas rapides. Les gestes nerveux. Petit. Front très large. Avec des yeux infatigables qui fouillent et veulent percer tous les secrets que cachent les habitants de Moscou de LENINGRAD ou de Stalingrad. Sur son dos, une boîte mystérieuse pesant bien vingt livres.

Tiens là-bas, quelque chose de pas banal. Du neuf. Du sensationnel. Ou même du n’importe quoi encore, pour la plupart des gens. L’homme s’arrête et prestement pose se boîte par terre. Il lève le couvercle. Fuira-t-il avant que l’explosion ne se produise? Mais non; il demeure. Les Russes, curieux, s’approchent. Tranquillement, bien tranquillement. L’homme étire un fil, puis manie des boutons. Une roue tourne, un ruban se déroule. Et l’homme tenant dans sa main un microphone, parle. Il dît bien intelligemment, bien gentiment ce qu’il voit, ce qui l’étonne. Il parle abondamment. On dirait que le ruban va s’arrêter mais que lui continuera toujours…

Après, la pellicule viendra au Canada. Mystère de la science, d’une bande brune : une voie se dégagera. Une voix qu’on dirait enrhumée. Ça se comprend, la froide Russie! Mais c’est une voix qui réchauffe. Elle fait la joie des auditeurs de Radio-Canada: c’est la voix de René LÉVESQUE.

La voix ne suffit pas à donner ce que des regards vifs ont saisi. Le « Rideau de Fer » n’a été soulevé que seize jours, mais quand on est René LÉVESQUE, ça n’y parait presque pas. Des renseignements, observations, constatations en voilà!

Tout le monde le presse depuis son retour mai VRAI a réussi à le coincer quelques instants dans son bureau; encore que le téléphone nous l’a promené à TORONTO, à MONTRÉAL ou ailleurs.

Une question, une seule question déclenche tout René Lévesque. Il me prévient même qu’il faudra l’arrêter tantôt.

— La Russie, est-ce bien celle que la radio et les livres nous font imaginer?

— Pas du tout. Du moins en ce qui concerne la surveillance, les mauvais traitements, la nourriture. Dans les villes où nous sommes allés tout nous était ouvert. Personne ne nous suivait. On peut photographier, causer russe si l’on parle russe ou anglais si on rencontre des Russes parlant anglais. Des gens malheureux, misérables? Pas plus qu’ailleurs. Les Russes mangeant assez bien semble-t-il. L’equivalent de notre «soupe au poix» pourrait être cette soupe aux choux bouillis ou aux bettetraves qu’on vous sert dans de très grands bols. Les boissons? Excellentes et spéciales à chaque ville. Du très bon vin, et, pour les étrangers surtout, un merveilleux champagne qui peut revenir en argent canadien à $7.50. Oui, c’est bien le seul pays où il n’y a pas de «Coke». D’ailleurs il n’y a presque pas d’importation, si ce n’est d’Allemagne par exemple et encore là très peu. D’ailleurs, il ne faut jamais oublier que là-bas on ignore totalement les statistiques. Si on importe c’est pour produire ou améliorer la technique d’une production déjà en cours. Tout se fabrique par l’État: le petit carreau de sucre est enfermé dans un papier imprimé CCCC (URSS), les robes sont fabriquées et signées par l’État, les voitures, tout et tout. Pas de manufactures rivales, il n’y a que l’État. Comme les magasins sont propriétés du gouvernement, ici on vend le pain, là les légumes, plus loin les épingles à couche… ! Il n’y a qu’un magasin à rayons qui soit vraiment digne de ce nom dans tout Moscow, ville 7 fois plus populeuse que Montréal. Ainsi, le soir, pas question de «néons»: on n’a pas de concurrents. À peine une annonce par ci par là pour lancer un nouveau produit.

Et l’ouvrier russe ?

— Est-ce que la situation de l’ouvrier russe peut se comparer à celle de l’ouvrier canadien-français?

— Il est très difficile de savoir le salaire moyen de l’ouvrier russe. Chose certaine le salaire minimum d’un ouvrier est de 400 roubles par mois ce qui peut faire $100.00. Or dans une famille d’ouvrier en Russie l’homme et la femme gagnent également. La femme là-bas est considérée égale à l’homme: on en verra faire le pavage des rues, travailler comme serre freins. La chose parait d’abord un peu étrange. Mais elles sont grosses généralement, solidement bâties et très résistantes.2 Donc chaque mois, une famille peut à peu de choses près compter sur un revenu de 1.200 a 2.000 roubles ou $300 à $500. Le coût de la vie en surprendra plus d’un. Ainsi si l’on peut avoir un logement pour $15.00 par mois, par contre la livre de beurre vaut $2.50. Les automobiles de type anglais atteignent la somme astronomique de $5.000.00. Un appareil télévision coût $600.00. Or les Russes sont tous de la télévision. On trouve plus d’antennes à Moscou qu’à Montréal. Les programmes sont plus intéressants et semblent libérés de toute politique. D’annonces commerciales, point.

Et les divertissements ?

— Et les Russes, ils ont beaucoup de divertissements?

— Très sportifs, ce sont des fanatiques. Et les 80.000 personnes qui s’entassent à chaque partie de football offrent un spectacle unique que devraient voir les partisans du «Canadien». Et puis, on pratique deux sortes de hockey, à l’européenne et à la canadienne. Le premier est stylisé, le deuxième est très dur, c’est du hockey d’abordage. On pratique celui-ci en vue de reconquérir certaine suprematie! Les athlètes sont de faux amateurs, semble-t-il, un peu comme les «employés» de l’Anglo-Pulp à Quebec, qui avaient un club dans la défunte ligue Senior. Chose certaine l’athlétisme est très en faveur chez les Russes.

Ils sont très fiers de leur pays. À tout propos ils soulignent le progrès accompli en moins de quarante ans.2 «Les États-Unis sont très riches, mais il y a longtemps qu’ils ont commencé. Nous, attendez et vous verrez». Ils savent qu’ils sont craints et que rien ne se fait dans le monde sans étudier l’attitude de leurs pays. Et les jeunes veulent contribuer chacun à leur façon pour faire de la Russie, le pays type. Tel technicien de la télévision veut étudier ailleurs les progrès pour faire quelque chose de neuf; un autre veut aller dans certain coin de province et y mettre à profit des idées nouvelles qu’il a sur la culture et ainsi de suite. Ces jeunes ressemblent un peut à ces pionniers de l’Ouest central américain du siècle dernier. Ils aiment l’aventure et savent qu’ils serviront leur pays en créant du neuf.

Et il parle …

Et la conversation se poursuit avec René LÉVESQUE. Il parle du métro de Moscou fait de marbre blanc, d’une très grande richesse; il note qu’il n’y a qu’un club de nuit à Moscou et c’est pour les étrangers. Le soir tout est calme et on dirait une toute petite ville; il cause de cet étudiant russe qui haït son pays parce qu’il ne peut se procurer les jazz de Gillespie dont il raffole; il décrit la curiosité des Russes devant le «jeepstar» de ce dentiste américain, simple touriste à Moscou;le rage des «Bobby Soxers» russes qui s’arrachaient Gérard Philippe; il parle de Kroushchev, un rude paysan devenu l’homme numéro un de la Russie, de son homme de paille Boulganine toujours silencieux dans les conversations importantes; il rappelle son voyage en Crimée, la Côte d’Azur russe…; il parle, parle et le pauvre reporter devra l’interrompre à regret pour avoir le temps de «faire son papier»…

— Rénald SAVOIE

 
______

Le professeur Antony C. Sutton

Le professeur Antony C. Sutton

1 Pour la vérité au sujet du « progrès » soviétique, les livres et les conférences fournis par professeur Antony C. Sutton dans les années 80 reflètent son travail soigneux dans les diverses archives disponibles. Sutton a documenté que le soi-disant « progrès » de l’Union Soviétique était entièrement dû aux infusions massives de l’aide et de la technologie occidentales. Une de ses conférences publiques a été transcrite (en anglais) et est disponible ici : Antony Sutton: The Secret World Order & the Soviet Union

Plusieurs des livres de Sutton sont en ligne gratuits, sous format HTML. Vous en trouverez une liste partielle en bas de la page suivante : Antony Sutton: The Secret World Order & the Soviet Union. Certains des discours d’Antony Sutton sont disponible dans YouTube. Ed. NSIM.

2 Il y a quelques ans, il y avait une plaisanterie drôle autour du bureau au sujet de « la femme russe ». Elle était « forte comme le taureau, et tirait le tracteur ! » Ed. NSIM.